Ecrire un avis

Vassili Volkovitch, le serment

Vassili Volkovitch, le serment
Gulf Stream Editeur 375 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Contre nous mahomitans Tatars on s’it servi di pouvoir intelligent d’icônes"

Le tsar de Moscovie, Ivan IV le Terrible, en 1552 prend Kazan d’assaut et détruit le khanat tatar de Kazan. L'église Basile-le-Bienheureux à Moscou a été construite pour commémorer cet événement. Les bulbes représentent les turbans des huit chefs tatars vaincus. D'évoquer les incursions tatars en Russie n'est pas la moindre des qualités de l'ouvrage.

Toutefois en celle année 1548 la Russie du très jeune Ivan le Terrible est encore en position d’infériorité vis-à-vis des descendants des chefs mongols qui règnent tant à Kazan, qu’à Astrakhan ou en Crimée. Au fait Kazan n’a jamais été en Crimée et c’est gênant de nous répéter cette contre-information dans "Vassili Volkovitch, Le serment".

L'auteure revient sur les origines de la lignée des Volkovitch, une famille russe qu’elle avait évoquée pour la période des années 1920 dans la trilogie "Nina Volkovitch".

En remontant jusqu'au XVIème siècle, Carole Trébor évoque que de nombreux points concernant le Souffle des Volkovitch, la Communauté des Trois, le monastère de Zaïmoutchi. "Le monde mythologique russe" de Lise Gruel-Apert constituerait un excellent prolongement à cet ouvrage.

Il est plus aisée de comprendre les conséquences de pouvoirs surnaturels et mystiques liés à la présence d’icônes si on a lu la trilogie. Pendant tout l’ouvrage, le héros général de l’armée russe, malgré son jeune âge, cherche à savoir comment est morte sa fiancée Olia (mais est-elle morte ?).

En fait elle a disparu lorsque devant Kazan, Vassili Volkovitch a utilisé des pouvoirs magiques pour sauver son tzar.

« Je souffle de toutes mes forces et une bourrasque s’élève, protégeant le tzar de ses assaillants. La force du vent désarçonne les barbares. Ils tombent de leurs montures qui sa cabrent et fuient comme si elles sentaient la présence de l’ange. Les soldats s’effondrent, et les Russes en profitent pour les achever d’un coup de sabre !» (page 111)

Mal en point, après la bataille il est recueilli dans une chaumière et d’ailleurs on lui fait déclarer :

« Ce ne sont pas les murs qui font une belle maison, mais l’accueil que l'on y reçoit »

Les jeunes lecteurs attendront-ils la page 351 pour avoir tous les éclaircissements sur ces pouvoirs magiques et la non-présence d’Olia à Moscou ?

Accessible jeunesse Aucune illustration

Zaynab

Note globale :

Par - 395 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :