Ecrire un avis

Toussaint Canival (1734-1814)

Toussaint Canival (1734-1814)
L’Harmattan 155 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "J'irai revoir ma Normandie"

Francis Bailly offre un ouvrage, sous-titré Histoire d’un citoyen remarquable de Guiseniers en Normandie pendant la Révolution française, fruit d’un travail de bénédictin sur les archives, qui permet d’approcher sous un autre angle l’histoire de la Normandie au XVIIIe siècle. En effet Toussaint Canival, fils de Marin Canival et de Marie Madeleine Lefèvre est né le 8 Septembre 1734 à Bézu Saint-Éloi, un an environ après la naissance le 12 Juillet 1733 de sa soeur Marie Madeleine dans ce même village où ses parents s'étaient installés. Bézu-Saint-Éloi est un village d’à peine plus de 200 habitants pour l’année 1793 ; il est situé  au milieu d'une grande région rurale française appelée le Vexin normand. Cette dernière région est connue pour abriter la forteresse de Château-Gaillard que fit construire Richard Cœur de Lion (voir Château-Gaillard et Richard Cœur de Lion chez Normandie junior devenue La petite boîte).

Toussaint Canival est orphelin de père dès l’âge de trois ans. En 1756 il réside aux Andelys et se marie trois ans plus tard, sa profession est alors de toilier, c’est-à-dire vendeur de tissu. Sa première femme décède et il se remarie en 1762 ; sa seconde épouse meurt en 1797 et lorsqu’il repasse devant le maire deux ans plus tard il est indiqué que Toussaint Canival est cultivateur et domicilié en la commune de Guiseniers (une commune toujours du Vexin normand mais trois fois plus peuplée que Bézu-Saint-Éloi. En 1806 il retourne aux Andelys.

Il appartenait à la couche sociale (celle des commerçants et gros paysans) qui est engagée de façon très active dans la Révolution Française et en tire profit. Notable il a une vie publique importante et c’est pourquoi déjà trésorier de l'église et de la fabrique de Guiseniers, il se retrouve trésorier de la commission financière pour la réfection du clocher de l'église de Guiseniers entre 1778 et 1790. Est prise le 26 Décembre 1780, par cette commission, une délibération où la contribution des gros décimateurs est explicitement réclamée pour financer les travaux. Le curé Liot, au nombre de ceux qui sont les plus imposés, proteste alors de nullité cette délibération.

Toussaint Canival et Jean Louis Guesnier Sont chargés par les habitants pour défendre leurs intérêts, aussi sont-ils convoqués devant le chapitre de Rouen le 8 Juillet 1782. Toussaint Canival, qui a largement aidé à la rédaction du cahier de doléances de son village sera élu député de Guiseniers aux , en compagnie de Charles Prévost syndic de la commune le 2 Avril 1789, en vue d’élire au niveau de la Normandie ceux qui iront siéger aux États généraux. Avec les bouleversements qu'engendrèrent les événements révolutionnaires, il faudra trente-cinq ans pour que prenne fin cette bataille juridique dont on voit les rebondissements ! En effet on contesta après l’emploi des sommes perçues. Notre personnage se retrouvera dénoncé, emprisonné à Paris, traduit devant le Tribunal Révolutionnaire, puis innocenté, arrêté à nouveau, poursuivi devant le Comité de Sûreté Générale, innocenté une fois de plus. Tout cela entre 1792 et 1794.

Pour connaisseurs Quelques illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 690 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Lumières (1715-1789) :