Ecrire un avis

Daryush Ashouri: un intellectuel hétérodoxe iranien

Daryush Ashouri: un intellectuel hétérodoxe iranien
L’Harmattan 248 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Nombre d’intellectuels iraniens sont en exil, qui s’en étonnerait ?"

L’ouvrage est composé de deux moitiés presque égales, l’une est un approche de la pensée de Daryush Ashouri  et l’autre propose des extraits de son œuvre.  Ce dernier est né le 2 août 1938 à Téhéran et vit en France depuis la fin des années 1890. Il est connu pour ses travaux en particulier de traducteur, philosophe, linguistique et lexicologue.

Influencé par le marxisme au début de ses études universitaires, il s’est intéressé par la suite à Nietzsche et Heidegger. Il a analysé la crise culturelle de la société iranienne face à la modernité ; il a développé que la haine de l’Occident de certains intellectuels perses partait d’une haine de soi. On retiendra en particulier cette analyse rapportée par Moshen Mottaghi et Reza Rokoee du malaise de certains Iraniens :

« Lorsque l’individu compare sa situation actuelle à l’état du progrès de l’Occident, il ne cherche pas la raison de ce retard dans des éléments de son histoire mais plutôt dans ces forces obscures. Ce processus passe par une sorte d’idéalisation du passé glorieux de l’Iran avant l’Islam et par une diabolisation, qui consiste à rendre responsables l’Islam et l’obscurantisme. Tantôt par une sorte d’idéalisation de l’Iran antique islamisé pour montrer le passé glorieux de la Perse et tantôt pour trouver la réponse dans les deux invasions que l’Iran a connues, à savoir l’invasion arabe et mongole ».

Par ailleurs les mêmes auteurs avancent que :

« (Daryush Ashouri) a mené un projet ambitieux, consistant, d’une part, à mettre à la disposition de ses compatriotes quelques figures marquantes de la pensée occidentale et de ses philiosophes, et d’autre part, à développer une pensée critique dans un contexte où l’adhésion aux idéologies et à la pensée unique et dogmatique était et reste dominante ».

De Daryush Ashouri même, on s’attachera à relever :

« Pour Ghazâli, la religion étant un moyen, elle s’emploie à s’approcher de Dieu et du retour de l’homme à son origine spirituelle, pour polir son esprit, alors que pour Shariati et Âl-e-Ahmad, la religion est une motivation politique, en direction d’une cité utopique universelle, où il n’y a pas de place pour une étape spirituelle ».    

Pour connaisseurs Aucune illustration

Adam Craponne

Note globale :

Par - 656 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Civilisations islamiques :