Ecrire un avis

Tomoë, 1 Déesse de l’eau

Tomoë, 1 Déesse de l’eau
Bamboo/Grand angle56 pages
1 critique de lecteur

Avis de Xirong : "Un titre pour tromper l’ennemi?"

En fait il n’est pas ici de nous conter la vie de Tomoë Gozen  une femme samouraï, née vers 1161, elle combattit aux côtés de son mari Yoshinaka, allié du clan Minamoto, contre le clan Haira lors de la guerre civile de Genpei (1180-1185). Après la bataille d’Awazu en 1184, fruit de rivalités dans le clan Minamoto, où Yoshinaka décède, on ne sait ce qu’elle devient. Cette période ouvre le temps des samouraïs et la période d’anarchie féodale ne se clôt qu’à la toute fin du XVIe siècle avec l’arrivée de Toyotomi Hideyoshi.

Dans "Tomoë, 1 Déesse de l’eau" nous voilà plongé dans les années 1460 et on suit un personnage féminin de fiction descendante de Tomoë Gozen enlevée par un pirate descendant de Yoshinaka. La jeune fille ne veut pas épouser ce dernier, plus âgé et motivé par l’idée de s’emparer ainsi du pouvoir effectif à Kyoto.  

Parallèlement, on suit les rivalités autour du shogunat, les oppositions entre deux frères sont attisées par deux chefs de clan rivaux. Durant cette époque l’empereur se cantonne dans des fonctions symboliques et il est fait l’impasse sur ce personnage dans l’album. On est dans "Tomoë, 1 Déesse de l’eau" dans une longue tradition de la BD francophone s’inspirant de l’histoire du Japon entre les XIIe et XVIIe siècle, toutefois ici le rôle central est tenu par une jeune fille qui devrait montrer des qualités de samouraï dans le volume suivant qui clora ce récit. En effet elle a reçu une formation au maniement des armes et une culture littéraire.

Ce dernier motif se traduit dans une case par le dessin de son nom en japonais 巴 et celui du lièvre (d’ailleurs écrit dans sa forme moderne et non dans son aspect à l’époque). De plus de son ancêtre, Tomoë tirerait un pouvoir sur les mouvements de l’eau et on devine que cela devrait se retourner contre le mari qui s’est imposé à elle. Huit pages documentaires, très largement illustrées, suivent les quarante-huit pages de BD.  

Pour tous publics Beaucoup d'illustrations

Xirong

Note globale :

Par - 416 avis déposés - lecteur régulier

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Dans la catégorie Civilisations asiatiques :