Ecrire un avis

Apocalypse Arménie

Apocalypse Arménie
Ararat 257 pages
1 critique de lecteur

Avis de Adam Craponne : "Résiliente Arménie!"

L’ouvrage est sous-titré "L’incroyable histoire d’une jeune rescapée des grands massacres".  Aurora Mardiganian est née en 1901 à Çemişgezek (en turc) largement au sud-ouest de Trébizonde, près du lac de Dsovag (voir carte). Son nom en arménien est Chmshgatsak (ou Tchemech-Gedzaz), il renvoie au personnage de Jean Ier Tzimiskès, un général arménien qui est né là et qui devint empereur byzantin de 969 à 976 qui reconquiert temporairement la Syrie. Çemişgezek compte alors à peu près 8 000 habitants, les trois-quarts étant arméniens.

On voit à page 227 que de Chmshgatsak , notre héroïne va accomplir un périple qui l’amènera bien au sud (dans le nord de l’actuelle Syrie et près de l’actuelle frontière entre la Turquie et l’Irak) vers les cours du l’Euphrate et du Tigre pour en s’échappant remonter vers Erzeroum (occupée par les forces tzaristes en février 1916) puis en direction de la région de Kars alors russe (rétrocédée à la Turquie par l’URSS naissante) et Tiflis (Tblissi) en Géorgie. De Saint-Pétersbourg elle rejoindra Oslo puis New-York où elle décèdera en 1994. On tremble pour elle en particulier lors de son évasion du harem de Hadj Ghafour qui est un notable de Chiro (en kurde) ou Pötürge (en turc). Le refuge dans un monastère n'est que temporaire et cette fois ce sont les Tchétchènes qui s'emparent d'elle et de ses compagnes. 

Thomas Dilan dans sa présentation de l'ouvrage écrit que « le récit d’Aurora Mardiganian (Arshalouïs Mardikian) est non seulement emblématique de l’apocalypse arménienne de 1915 mais de surcroît, sa dimension épique et héroïque – quatre évasions au péril de sa vie dont une en poignardant un officier turc qui l’agresse – en fait un classique de la littérature mondiale ».

Cet ouvrage de souvenirs, sur la façon dont elle a vécu personnellement ce génocide, sortira en décembre 1918 aux USA et un film sera tiré l’année suivante de celui-ci, l'auteure jouant son propre rôle (des extraits du film ici https://www.youtube.com/watch?v=uTnCaW-Uo_s). Ces deux supports médiatiques jouent un rôle primordial dans la sensibilisation de l’opinion américaine de la cause d’une Arménie indépendante portée par le président des USA dans les négociations du Traité de Sèvres (voir notre carte). Aujourd’hui le prix de l’aide humanitaire, décerné en mémoire du génocide arménien) est appelé, en  mémoire d’ Aurora Mardiganian, "Aurora Prize for Awakening Humanity"( voir le lauréat pour 2017 https://auroraprize.com/fr/aurora/detail/11533/dr-tom-catena-laurat-du-prix-aurora-2017).   

Aurora Mardiganian est donc la narratrice de ce récit qui démarre en avril 1915 et se clôt une année plus tard, entre temps elle a parcouru 2 000 km. Elle appartenait à un milieu bourgeois, avait de l’instruction parlant entre autre le français (langue de culture essentielle dans la Turquie d’avant 1914) et c’est grâce à la langue de Molière qu’elle communique avec un officier russe à Erzeroum.

Outre une idée générale des conditions dans lesquelles s’accomplit le massacre des Arméniens, on notera la confirmation que les autorités allemandes (même au niveau régional) ne firent rien pour protéger les Arméniens que les Turcs considéraient commodément comme des traîtres en puissance dans leur combat commun avec l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie contre la Russie et ses alliés. On relèvera aussi la part que les Kurdes prirent dans le Massacre des Arméniens, finalement d'après l'auteure ce sont les Arabes qui leur causèrent le moins de mal, voir même les aidèrent.

Non seulement nombre d’Arméniens furent tués mais d’autres et en particulier des femmes et des enfants furent convertis de force. Certaines filles furent vendues comme esclaves et on se rappelle de l’exposition Tatouage au musée du Quai Branly où on pouvait voir une femme dont l’ensemble du corps (y compris le visage) avait été tatoué de signes identificatoires par des proxénètes syriens.     

Pour connaisseurs Peu d'illustrations

Adam Craponne

Note globale :

Par - 423 avis déposés - lecteur régulier

219 critiques
16/06/17
Un livre présenté à Berlin sur la responsabilité de l’Allemagne dans le génocide des Arméniens

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=143038
118 critiques
20/06/17
La revue L’Histoire publie dans son numéro de juin 2017 un article de six pages, abondamment illustré, consacré au roi Tigrane dit le Grand, sous le règne duquel le royaume d’Arménie connut une formidable expansion au Ier siècle avant Jésus-Christ, du Caucase à la Méditerranée orientale.

http://www.armenews.com/article.php3?id_article=143435
Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir notre sélection de livres sur L'Arménie .

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :