Ecrire un avis

La voie des oracles, 1 Thya

La voie des oracles, 1 Thya
Scrineo 336 pages
1 critique de lecteur

Avis de Zaynab : "Huns de Troyes partez !"

Au début de l'ouvrage, Aedon fait assassiner, par des pirates pictes, Ganeus son père un général romain ayant écrasé les Vandales vingt ans plus tôt. Sa fille Thya, qui vit en Aquitaine, le trouve blessé et lui promet de se rendre à Brog, lieu de sa victoire contre les barbares. Elle part d'un lieu situé vraisemblablement vers Libourne et après avoir rejoint Paris, elle se dirige vers ce qui est aujourd'hui la Franche-Comté et le pays de Langres. Sauf Paris, les noms de lieux sont fournis en latin, sans mention de leur équivalent actuel, ils sont parfois fantaisistes.

Ce voyage l'héroïne le fait quasiment dès le départ avec le jeune maquilleur métisse Node Enoch. Trilogie, ce récit développe le passage de l'enfance à l'état adulte de Thya ainsi que la confrontation entre deux univers à savoir celui du paganisme et celui du christianisme. Rappelons qu'à cette époque le christianisme de persécuté devient persécuteur et en 415 Hypatie d'Alexandrie, mathématicienne et philosophe néoplatonicienne grecque est tuée en public, du fait de ses opinions, par des chrétiens,sur ordre de leur évêque Cyrille d'Alexandrie.

On aimerait un peu plus de repères spatio-temporaux et une carte de la Gaule avec les étapes parcourues par Thya. Est assez gênante la distribution tous azimuts des dons de prophète, Thya en est pourvu mais aussi sa mère et son oncle paternel. On est autant dans le roman historique que dans le récit fantastique avec d'être mystérieux liés au paganisme.

« Un printemps précoce recouvrait de vert tendre les forêts de Gaule. En ce début du cinquième siècle après Jésus-Christ, la vie, l’espoir semblaient renaître, après quelques années difficiles qui avaient ébranlé Rome. Après des décennies d’invasion, les Huns avaient été repoussés jusqu’au-delà des lisses, les postes avancés qui marquaient les frontières de l’Empire. Le faune avait vu, enfin, les soldats quitter sa forêt, retourner dans leurs garnisons. Cependant, pour lui, la paix n’apportait ni soulagement, ni repos.
Car son monde à lui continuait de mourir. L’ancienne religion s’éteignait lentement. Les dieux païens, ses dieux, avaient été mis au ban de l’Empire. A Rome même, depuis près d’un siècle, les empereurs étaient chrétiens. Le faune se souvenait avec nostalgie des temps anciens, où des prêtres-loups les priaient en grand pompe, lui et ses semblables, à chaque fin d’hiver. Depuis, il avait vu les sylvains, les naïades, les centaures… tout son peuple surnaturel reculer au fond des forêts, dans les recoins obscurs des cavernes et des combes. Ils avaient laissé les chrétiens prendre le pas sur eux, pénétrer dans les clairières interdites, piétiner les cercles des fées, arracher les arbres et briser les branches des buissons… Des moines en haillons répandaient la nouvelle foi dans tout l’Empire, prônaient un monde sans magie, en prêchant sous les yeux de bronze des statues de Cybèle et Diane ».

Accessible jeunesse Aucune illustration Plan chronologique

Zaynab

Note globale :

Par - 606 avis déposés - lectrice régulière

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Voir aussi notre sélection de livres d'Histoire jeunesse

> Dans la catégorie Monde romain :