Ecrire un avis

Mérovingiens: Les royaumes naissent de l’ombre

Mérovingiens: Les royaumes naissent de l’ombre
Pygmalion 512 pages
1 critique de lecteur

Avis de Ernest : "Un Franc pas franc pour deux Francs"

Patrick Mc Spare est connu en littérature de jeunesse, son pseudonyme est trompeur puisqu’il est d’origine aquitaine. Le roman historique Mérovingiens : Les royaumes naissent de l’ombre par contre s’adresse à un lectorat adulte.

Le récit nous amène très rapidement à Tournai en 481, en suivant les pas d’un guerrier à cheval d’élite Wyso, au moment où Clovis vient de prendre la suite de son père Childéric Ier, comme chef des Francs :

«  Juché sur le pavois, Clovis levait maintenant sa francisque, très haut et lentement, dans une attitude martiale. Aussitôt, une puissante clameur explosa des quatre coins de l'assemblée. De nombreux guerriers brandirent à leur tour haches et épées. Cantonnés devant les maisons, des groupes de femmes lancèrent des cris joyeux. Trois fois encore, Clovis effectua ce geste symbolisant la prise du pouvoir. Et, trois fois encore, des dizaines de voix lui répondirent en choeur. Midi approchait. Dans les habitations, dans les rues où seraient dressées des tables, on allait boire, manger, rire. On sacrifierait quelques bêtes vieilles ou malades aux Ases puis on boirait de nouveau. Ramené au sol, Clovis recevait maintenant les cadeaux des plus fidèles leudes de son père. » (page 11)

Saint Remy et Clovis (image absente du livre)

Aidé de Wyso (d’origine irlandaise), de Gunthar un mi-devin et mi-sorcier (connaissant les poisons), de la Suève Valesta (dont les baisers peuvent être mortels), Clovis va partir à la conquête des royaumes voisins. Ce sera l’occasion pour le lecteur de découvrir les souverains de ces derniers (dont Sigebert le Boiteux pour les Francs rhénans et Alaric II pour les Wisigoths), des évêques Rémy de Reims (celui du vase de Soissons) et Grégoire de Langres, ainsi que de sainte Geneviève (qui demande à Clovis d’ériger une abbaye, sur la rive gauche, où Clovis et Clotilde furent d’ailleurs enterrés à ses côtés). Le récit prend fin peu après que Clovis n’ai remporté la bataille de Tolbiac contre les Alamans (entraînant peut-être la conversion au christianisme du roi des Francs). L’histoire de la construction du royaume franc est revisitée à travers le prisme de la manipulation, des poisons et de la sorcellerie.    

« — Que… Qui es-tu ? Et comment m'aurais-tu occis, pauvre… pauvre folle ? balbutia le vieux roi d'une voix à peine audible.
— Avec un onguent appliqué sur cette bouche qui semblait tant t'attirer, railla-t-elle en désignant ses lèvres purpurines. Il est mortel dans la minute, sauf si on a ingéré l'antidote adéquat. Comme moi…. » (page 42)

Pour tous publics Aucune illustration

Ernest

Note globale :

Par - 105 avis déposés -

Connectez-vous pour laisser un commentaire
Vous aussi, participez en commentant vos lectures historiques facilement et gratuitement !

Livres liés

> Suggestions de lectures sur le même thème :
> Autres ouvrages dans la même catégorie :